Dans le ring, comme un guerrier. Éliminer la peur.

J’étais debout, derrière les cordes. Chaussé de mes gros gants de cuir noir, j’attendais que la cloche sonne. J’avais chaud, très chaud. Je sentais l’adrénaline monter en regardant deux jeunes boxeurs se lancer des gauches et des droites.

Je me disais: “Mon but est de survivre… je dois survivre..”

Ça faisait déjà plusieurs mois que je m’entrainais dans un gym de boxe. Un vieux garage poussiéreux plus chaud qu’un sauna. J’aimais beaucoup cet endroit. J’y allais après le travail pour me garder en forme et libérer la tension de la journée.

Ce jour là, j’ai décidé que j’allais dans le ring pour pratiquer avec un vrai adversaire. J’ai pris plusieurs semaines à me décider. Dans le ring, pratique ou pas pratique, ça jouait dur. Les nez ensanglantés et les oeils au beurre noir étaient fréquent au gym, mais je sentais que je devais mettre en pratique ce que j’avais appris.

Il fallait être courageux pour s’aventurer dans le ring et je ne crois pas que je tenais à faire une pratique autant que je désirais éliminer ma peur du ring.

C’était maintenant à mon tour de franchir les cordes et d’affronter mon adversaire.

PIF! PAF! PIF! PAF!

Ohh là là! Ça avait l’air plus facile derrière les cordes! Après 3 minutes, la ronde était terminée. En sortant du ring, je faisais mon tough guy, mais dans ma tête je me disais: “j’ai survécu, yéééé!”. J’étais à bout de souffle et j’avais les jambes molles, mais j’étais prêt à retourner, comme si ma peur était complètement disparue.

J’avais prit l’habitude d’aller dans le ring les semaines qui ont suivit ce jour. Avec le temps, je m’étais aussi rendu compte qu’à mes premiers essaies, on me laissait beaucoup de chances. Une chance pour moi, sinon j’aurais peut-être été humilié à ma première ronde. Quand j’y repense aujourd’hui, ces jeunes boxeurs étaient extrêmement talentueux.

Un peu plus tard, j’ai décidé de ne plus retourner dans le ring. Je n’avais pu envie de revenir à maison avec des maux de tête et de mâchoires, les lèvres enflés et un oeil au beure noir. Le ring, ce n’était plus vraiment ce que je voulais faire. Peut-être avais-je atteint mon objectif qui était d’éliminer ma peur du ring?

Aujourd’hui, j’ai mon sac de boxe (“punching bag“) dans mon garage et c’est tout ce que j’ai besoin. Je pratique tous les semaines pour me garder en forme. De temps en temps, je repense à mes expériences du ring et je suis heureux de les avoir vécu.

Leçon de cette histoire: Affrontez vos peurs! C’est la recette des champions!

En fait, à quoi ressemblait ma peur du ring?

  • Peur de me blesser.
  • Peur de perdre connaissance.
  • Peur de ne pas être à la hauteur.
  • Peur d’être humilié.

Qu’est-ce que je me suis dit pour éliminer mes peurs?

  • Je me suis convaincu que rien ne m’arriverait.
  • Il y avait un contrôle dans le ring, notre coach était arbitre.
  • J’étais débutant, alors il ne fallait pas s’attendre à ce que je sois le meilleur.
  • Lorsque je regardais les autres, jamais je ne riais d’eux. Je les admirais pour leur courage. Alors pourquoi se seraient t’il moqué de moi?
  • Nous étions tous là pour avoir du plaisir et apprendre.
  • J’ai visualisé le succès. Je me suis imaginé ce que ça serait de réussir à monter dans le ring et faire une première ronde.
  • Arrête d’y penser. “JUST DO IT!” (NIKE).

Les avantages d’affronter nos peurs sont énormes. Je n’ai pas gagné à entrer dans le ring car je n’avais aucune aspiration à devenir boxeur professionnel ou faire de la compétition. Mais j’ai éliminé ma peur. Imaginez tout ce que ça m’a apporté de positif par la suite:

  • J’ai gagné confiance en moi.
  • J’étais fier de réussir quelque chose que la plus part des gens n’oseraient pas essayer.
  • J’avais un sentiment d’accomplissement.
  • Aujourd’hui, j’ai certainement plus de facilité à affronter mes peurs.

Bonne journée. Ding ding ding!

Photo par... moi.
Photo par... moi.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *