Éducation et le succès suite au décrochage scolaire

Qu’est-ce qu’ont en commun Henry Ford, Bill Gates, Steve Jobs et Walt Disney? Ils ont tous abandonné l’école dans le but d’avoir plus de temps pour réaliser leurs rêves. Aujourd’hui, ces chefs de file sont des légendes qui ont réussi à bâtir des entreprises très prospères.

Je viens tout juste de terminer la lecture d’un article très intéressant sur l’histoire de décrocheurs scolaires qui ont réussi leur carrière de façon exceptionnelle.

Cet article est paru dans le magazine Jobboom de mars 2009. Je vous recommande fortement de le lire si le sujet vous intéresse.

Du succès sans les études

Voici quelques extraits de l’excellent article de Marie-Hélène Proulx, rédactrice chez Jobboom.

François Delaney est convaincu que le système scolaire, en particulier le cégep et l’université, enferme les gens dans un silo. «Très tôt, il nous oblige à faire un choix de spécialité qui, une fois sur le marché du travail, nous mènera à exécuter des tâches précises, et rien d’autre. Mais moi, je voulais être libre d’aller dans toutes les directions.»

«C’est à ce moment que j’ai décidé de devenir écrivain», raconte ce gaillard de 62 ans rencontré à Hudson, où il habite depuis 17 ans. «J’ai inscrit cette résolution dans une bible trouvée dans une chambre de motel, convaincu que rien ni personne ne me détournerait de ce projet. Même si je n’avais pas de talent et que je faisais plein de fautes!»

«Ces expériences extraordinaires m’ont appris tout ce que l’école n’enseigne pas : comment manier le pouvoir et l’influence, par exemple, et comment pensent, réfléchissent et agissent les grandes organisations.»

«Les drop-outs qui réussissent sont des gens d’exception. Mais pour la moyenne des ours, la voie scolaire demeure le passeport pour la réussite. Toutes les études démontrent qu’une scolarité élevée mène généralement à un meilleur salaire et à moins de chômage.»

Alors?! Vous l’avez lu? Vous en êtes inspirés?

Bien sûr, dans cet article, on nous présente des décrocheurs qui ont eu du succès, mais ce qui est intéressant, c’est que ces derniers ont décroché de l’école pour poursuivre leur passion, réaliser leurs rêves. Ce qui est fascinant, c’est que pour certains d’entre eux, leur succès instantané a pris plus de 20 ans à se concrétiser, et malgré tout, ils ont continué à faire ce qu’ils aimaient faire, même s’ils avaient les poches vides.

Est-ce que tous les décrocheurs peuvent vivre le succès? J’en doute. Beaucoup de décrocheurs abandonnent l’école, car ils n’ont tout simplement pas envie de faire les efforts nécessaires pour réussir.

Est-ce important d’aller à l’école?

Personnellement, je crois que la scolarisation est très importante. Le système scolaire n’est certainement pas parfait, mais qui l’est? La perfection n’existe pas.

Pour ma part, j’aimerais que mes enfants poursuivent au minimum, leurs études collégiales. Plus jeunes, ils développeront les bonnes techniques pour écrire, lire, résoudre des équations, et plus tard, ils apprendront à se responsabiliser, suivre un horaire, travailler et faire des efforts pour accomplir des projets.

Y a t’il seulement les écoles pour éduquer les gens? Bien sûr que non.

Évidemment, les expériences de la vie ont plusieurs choses à nous apprendre. Il y a aussi les coachs, les ateliers, les conférences, les livres et toutes les autres sources d’information qui peuvent transformer un apprenti motivé en expert.

Il est faux de croire que l’école est la meilleure éducation qu’un enfant peut recevoir. L’enfant commence à apprendre dès sa naissance. Ensuite, vers la fin de ses études, le jeune adulte entamera une nouvelle forme d’éducation. C’est à ce moment qu’il apprendra toutes les choses qu’on ne lui a pas enseigné à l’école, comme : le développement personnel, les finances, élever un enfant, etc..

Je ne suis pas diplômé, donc je ne suis pas…

Il y a quelques années, je me souviens qu’un confrère photographe ait dit : « Je ne pourrai jamais me donner le titre de photographe professionnel, car je n’ai pas étudié dans le domaine de la photographie » . Je ne pouvais pas croire qu’un photographe d’expérience ose se priver d’un titre, car il n’avait pas de diplôme en photographie. Wow! À mon avis, s’il y a bien un domaine où l’école est moins importante, c’est bien le domaine des arts visuels et de la conception. Pour ces domaines, tout (ou presque) peut être appris à partir de livres et d’exercices.

Après un an comme photographe amateur, je réussissais très bien, mais je voulais m’améliorer. J’hésitais à suivre un cours en photographie. D’abord, je connaissais bien mon appareil et j’avais un peu de difficulté à m’imaginer un enseignant me forcer à cadrer mes sujets d’une façon précise. Bon, en photographie, il y a les techniques de base, mais c’est après tout un art. Certains photographes réussissent en photographiant des oiseaux, d’autres réussissent en photographiant des vers de terre. Une même photo pourrait être mauvaise pour une campagne publicitaire, mais excellente pour une exposition d’art photographique. L’art, c’est subjectif.

Une formation m’aurait peut-être appris à manipuler ma caméra, imprimer des photos et utiliser les logiciels de retouches, mais je n’aurais certainement pas amélioré mes aptitudes photographiques en étant assis sur un banc d’école.

Pour apprendre la technique, il y a les livres, alors j’ai lu et j’ai lu et j’ai lu… des livres, des blogues, des magazines. Suis-je devenu meilleur photographe? Non, mais j’étais inspiré. Donc pour devenir meilleur, j’ai pratiqué et pratiqué et pratiqué…

À l’école, on ne nous enseigne pas comment aimer, gérer ses émotions, organiser sa vie, gérer son portefeuille, élever des enfants, se trouver une passion et se faire des amis. C’est à l’école de la vie où vous aurez l’opportunité d’apprendre toutes ces matières.

Et vous, que pensez-vous de l’école?

Vous avez déjà pensé à décrocher pour avoir plus de temps pour vous, vos projets et vos passions?

Bonne journée!

Christian

Va à l’école, aie des bonnes notes et trouve toi un emploi stable.

Va a à l’école et aie des bonnes notes. Trouve toi un emploi stable avec un régime de pension et des avantages sociaux. À 55 ans, tu auras une belle retraite.

Vous avez déjà entendu quelque chose du genre?

Est-ce que c’est comme ça que ça doit être? C’est ce que j’ai toujours cru, alors je suis aller à l’école et j’ai étudier très fort. J’ai réussit à avoir des notes satisfaisantes.

Plus tard, on m’a dit de me trouver un emploi stable. C’est ce que j’ai fait.

Je crois avoir choisit un bon domaine pour moi: l’informatique. Si j’avais à retourner en arrière, je crois que je ferais le même choix. Je ne crois pas que c’est le domaine qui me passionne, c’est plutôt les façons dont je peux l’utiliser pour réaliser des projets qui me passionne vraiment. Je ne me considère pas comme un vrai “Geek”, mais peut-être que vous diriez le contraire. Ok, je suis un “Geek” moderne. 🙂

Je m’en souviens encore à 15-16 ans, je marchais pour retourner à la maison après l’école et je rêvais. Je rêvais qu’un jour je travaillerais en informatique avec plein de gens comme moi, des gens passionnés qui veulent faire avancer les choses. Je visualisais et me créais des scénarios dans ma tête, comme si j’étais leader d’un groupe d’informaticiens qui accomplissaient de gros projets.

Après avoir terminé mes courtes études (2 ans de collège), j’ai réalisé ce rêve. J’ai trouvé l’emploi idéal. Je suis devenu cette personne dont je rêvais d’être. Aujourd’hui, je fais le salaire que je désirais. J’ai la sécurité d’emploi et toutes les autres avantages. La carrière parfaite quoi.

Par contre, j’ai un tout petit problème.

Le problème

Mon problème est le suivant: durant les dernières années, j’ai appris que d’avoir un emploi stable et une belle retraite à 55 ans, ce n’était qu’une petite partie de mon bonheur face à mes accomplissements. J’aime mon emploi mais je n’en suis pas passionné. Ce qui me passionne, se sont les projets que je réalise. Au travail, se ne sont pas MES projets, mais LEURS projets. Certains sont intéressants mais d’autre ne le sont pas.

Alors c’est quoi le problème? Le problème est que j’aimerais mieux utiliser tout mon temps pour travailler sur des projets qui me passionne vraiment. Des choses qui me tiennent à coeur.

Je vais être franc avec vous, je suis bien heureux d’avoir mon emploi aujourd’hui. Je n’ai pas à m’inquièter de manquer d’argent. Je travaille mon temps et je suis payé. Je peux subvenir aux besoins de ma famille. Je peux payer mon hypothèque et ma voiture. Par contre, je dois travailler pour quelqu’un d’autre. Alors que je gagne mon salaire, cette personne gagne des profits.

Il y a quelques années, je me suis rendu compte que j’allais être informaticien pour encore 25 ans minimum. Je voyais des gens autour de moi se plaindre de leur emploi à tous les jours. Ça m’a fait peur. Ça m’a fait réfléchir. Il n’y a rien de mal à avoir un emploi et travailler pour quelqu’un d’autre. Par contre, un jour ou l’autre, on finit par se demander se qu’on aurait pu faire d’autre dans la vie. Certains cherchent des passe-temps et d’autres déprime le soir, devant la télé, pour enfin recommencer le même cycle le lendemain.

Durant les temps morts au travail, il m’arrive de  penser: “Qu’est-ce que je fais ici entre mes trois panneaux séparateurs et mon bureau de mélamine gris? J’devrais pas être entrepreneur et faire des profits à gérer mes sites internet de mon portable sur une plage de la Californie moi?”

Non mais ça peut devenir déprimant si on se met à réfléchir à tout ça. Un stylo, un ordinateur et une chaise qui ne m’appartiennent pas. Des projets qui ne m’excitent pas. Des clients avec qui je ne veux pas travailler. Demander la permission pour partir chez moi une heure plus tôt. M’inventer des tâches sans importances lorsque les projets sont terminés. Un micro-onde malpropre en plus de devoir payer un stationnement.

J’exagère et ce n’est pas toujours comme ça, mais vous comprenez ce que je veux dire? Je ne blâme personne à part moi, se sont des choix que j’ai fait, mais dans ces moments de remise en question, j’aimerais vraiment être ailleur.

Je dépend de mon emploi pour bien vivre. Mais peu à peu je découvre mes passions. Durant mes temps libres,  je travaille à des projets qui me passionnent.

Les projets

Lorsque quelqu’un me dit:” je n’aime pas mon travail”. Je lui demande: “As-tu un plan? Que fais tu de tes temps libres?”

Nous avons tous le choix. On peut:

  • Rester où on est;
  • Trouver un nouvel emploi;
  • Créer notre fortune.

Ne rien faire arrange rarement les choses. Trouver un nouvel emploi, ça peut aider.

Créer une fortune? C’est quoi au juste? Créer une fortune, c’est d’utiliser nos temps libre intelligemment.

Par exemple, j’utilise mes temps libres les soirs, les fin de semaines, au dîner au travail et dans la voiture. J’utilise ces temps libres pour apprendre, découvrir mes passions et développer mes projets. Jamais je n’ai lu autant de livres. Croyez-moi, depuis que j’ai découvert mes passions, je dévore les livres. Difficile à croire pour un gars qui n’aimait pas lire et qui passait ses cours de français par la peau des fesses. C’est ce temps bien investit qui m’a donné la plus grande satisfaction dans ma carrière et dans mes projets.

Aujourd’hui, j’ai de multiples projets qui me passionne et mon but est de me créer une source de revenu passive. Mon but est de découvrir mes passions et de les développer pour me créer ma fortune.

On ne le sait jamais, peut-être qu’un jour je pourrai ré-orienter ma carrière et faire ce qui me passionne vraiment.

Formule intéressante:

FORTUNE = PASSION + PROFITS

Un profit c’est mieux qu’un salaire

Le jour que j’ai appris qu’un profit était mieux qu’un salaire, ma philosophie a changé. J’ai réalisé qu’il y a juste 168 heures dans une semaine. Il faut dormir, manger, voyager et travailler. Si je suis payé à l’heure, je suis limité dans le temps. C’est impossible de travailler 15 heures par jour pendant plusieurs années et rester en santé.

Conclusion: avec mon salaire et en travaillant 40-50 heures semaines, c’est impossible pour moi de devenir riche et maintenir un niveau de vie décent.

J’ai réalisé qu’avec mon salaire, je ne pourrai jamais faire des voyages fréquents avec ma famille, engager une personne pour entretenir ma maison, manger dans les bons restaurents quand je le veux, acheter une maison de vacances prêt d’un lac et acheter la Porsche de mes rêves pour rouler sur les pistes de courses.

Un profit c’est mieux qu’un salaire. Quelle belle affirmation. Ça porte à réfléchir. “Hmmm, qu’est-ce que j’peux bien faire pour trouver ma passion et bâtir ma fortune?”.